On utilise l’expression « étouffe-chrétien » pour désigner un plat lourd, bourratif qui se digère mal !  Est-ce la gastronomie des chrétiens qui est en cause ? Ou un régionalisme d’où serait issue l’expression ? Peut-être le nom d’un gâteau un peu trop compact ? De nombreuses histoires racontent ce qui se cacherait derrière cette expression française. Survolons ensemble les versions les plus probables ! 

Que vient faire ce chrétien ici ?

Une chose est sûre, c’est que dans le cas présent le chrétien ne fait pas référence à la religion. Il désigne tout simplement un être humain. Il est ici dénommé chrétien car dans nos contrées, la religion chrétienne se trouve majoritaire donc le chrétien était n’importe qui ! Ainsi l’étouffe-chrétien désigne un met souvent sucré, qui a tendance à être difficile à mâcher ou avaler. Il n’en reste pas moins que ces mets peuvent être tout à fait délicieux !

Une tourte baptisée étouffe-chrétien.

Celui qui l’a baptisée ainsi ne voulait pas flatter la recette et pourtant c’est bien une très bonne tourte que l’on appelle ainsi. Composée de pommes de terre, de saindoux et de chair à saucisses, elle est en quelque sorte cuite à l’étouffée. Il s’agit en effet de préparer la tourte en y disposant tous les ingrédients puis de dérouler une deuxième pâte brisée en la plaçant sur le dessus du moule à tarte. Après avoir soudé les bords des deux pâtes brisées, le cuisinier fait une cheminée au milieu de la tourte afin que la vapeur puisse s’échapper du plat pendant la cuisson.

Vous avez aimez l’anecdote ? Découvrez pourquoi l’on surnomme le rhum-coca, “Cuba Libre”!