Si ce nom vous dit quelque chose, c’est surement que vous êtes nés avant ou pendant les années 80 ! Deuxième indice : ce nom est rattaché à un acteur bien connu de l’époque : Fernandel ! Il jouait alors le rôle du curé dans… le Petit Monde de Don Camillo. Et Pépone n’est autre que le maire communiste avec qui le curé n’est jamais du même avis. Les deux se battent comme des chiffonniers pour toujours finir par se raccommoder. Retour sur un film qui a marqué une époque !

Un contexte particulier et un énorme succès.

Julien Duvivier a 55 ans lorsqu’il tourne en 1951 à Brescello, petit village du Nord de l’Italie, les aventures de Don Camillo. Directement sortis d’une nouvelle de 150 lignes écrite par Giovanni Guareshi, il met en scène à l’écran le maire communiste Pépone (écrit Peppone en Italien) joué par Gino Cervi et Don Camillo joué par Fernandel.

Duvivier s’impose alors comme un des maîtres du cinéma français de l’entre-deux guerres, aux côtés de Marcel Carn’e et Jean Renoir. Le film est un succès mondial, suivi de 4 autres volets. Mais le premier, « Le petit monde de Don Camillo » provoque à ce moment un véritable effet de surprise. La surprise d’un personnage atypique que le public ne connait pas. Mais aussi la surprise avec les dialogues avec Jésus, le plus incroyable personnage à qui Fernandel ait pu donner la réplique.

Fernandel et Don Camillo, l’histoire d’une vie.

Si Fernandel avait alors déjà eu des rôles importants, celui de Don Camillo a été pour lui très particulier et il l’a su dès la lecture du scénario. Fernandel raconte d’ailleurs que dès la lecture de la première scène où Don Camillo parle à Jesus, il confie à sa femme que « si vraiment le sujet que je suis en train de lire continue comme il a commencé, c’est le rôle de ma vie ». Et l’histoire à montrer qu’il avait eu du flair !

Alors depuis ses noms subsistent dans l’inconscient général jusqu’à inspirer le nom de brasseries Italiennes comme à Orvault avec le Café Pepone : www.cafepepone-orvault.com.